Navigation

 


Accueil | Plan du site | Contact | Castellano | Italiano

 

 

Voyager en Espagne - RONDA, LES VILLAGES BLANCS ET JEREZ

 

 

 

 
RONDA

Ronda est l'une des plus vieilles et des plus impressionnantes villes d'Espagne. Perchée sur un plateau à 750 m au-dessus du niveau de la mer, la ville est coupée en deux par le profond ravin d'El Tajo. De la Costa del Sol, comptez une heure de route à travers les montagnes de la Serrania de Ronda.
Ronda a un passé mouvementé et romantique, associé aux bandits et à la corrida. Les arènes de la ville comptent parmi les plus anciennes d'Espagne. C'est là que vécut, combattit et mourut le grand matador Pedro Romero. Au siècle dernier, les bandits des montagnes dépouillaient les riches touristes. Au cours de ce siècle, Ronda a continué à exercer une fascination sur les écrivains et les aficionados du monde entier. Ernest Hemingway écrivit deux livres dont l'histoire se déroule à Ronda, Pour qui sonne le glas et Mort dans l'après-midi et Orson Welles a souhaité y être enterré.
Les origines de Ronda remontent à l'époque mauresque, lorsque c'était un important centre culturel du royaume d'al-Andalous, hérissé de palais et de mosquées. Les Maures protégèrent la ville contre les chrétiens jusqu'en 1485, sept ans avant la fin de la reconquista avec la conquête de Grenade. Seule la partie de la ville baptisée La Ciudad, au sud du ravin, existait alors. El Mercadillo, partie moderne de la ville, fut construite après la Reconquête par les chrétiens, lorsque les impôts auxquels était soumise La Ciudad devinrent si élevés que ses habitants décidèrent de fonder un nouveau quartier.

Ronda, les villages blancs et Jerez

Dans l'arrière-pays de la Costa del Sol, les montagnes sont d'une beauté sauvage. Les romantiques pueblos blancos (villages blancs) parsèment ce paysage rocailleux. Des aigles et des vautours tournoient au-dessus des plus hauts sommets. Ronda, le plus célèbre des villages blancs, est perché au bord d'un profond ravin. Les autres sont accrochés aux parois rocheuses ou nichés dans des vallées en altitude.
Beaucoup de villes de cette contrée reculée portent le suffixe « de la Frontera » (« de la frontière »). Cela s'explique par l'histoire de la région. La frontière en question était celle de l'Andalousie mauresque durant les quelque huit siècles de domination musulmane (711-1492). Ces minuscules villages, et leurs forteresses, formaient la première ligne de défense séparant les possessions mauresques et chrétiennes. Chaque village est typiquement maure dans sa structure - un château surplombe un dédale de ruelles étroites, tandis que les maisons blanchies à la chaux s'ouvrent sur des patios ombragés.
Derrière les montagnes, le paysage verdoyant donne sur un vaste échiquier de plaines dorées par les blés et les tournesols. Au bord de la plaine du Guadalquivir, plus à l'ouest, se trouve le fameux « triangle du xérès » et sa capitale, Jerez de la Frontera. La ruta de toros (route des taureaux) traverse la région. Dans les champs à l'approche de Jerez, on peut voir d'imposants taureaux de combat menés par des cow-boys à cheval. Les taureaux primés de ces élevages sont très demandés. Les meilleurs sont sélectionnés pour les arènes de Séville et de Mâlaga.


 

 

 

 

 


Mentions légales

 

Voyage-Pro.com

 

© SEAMISAI

Nº SIRET : 49402058900011

Code APE : 526B